Archives de tags | fleuve Saint-Laurent

En canot à glace sur le Saint-Laurent

DSCN2464 - CopieDes courses de canot à glace, il  y en a plusieurs au Québec, notamment dans la capitale québécoise et dans la région de Charlevoix, mais regarder du bord de l’eau des athlètes s’escrimer à tirer et pousser leur long canot de fibre de verre sur les blocs de glace tourmentés du fleuve Saint-Laurent ou jouer de l’aviron dans les eaux libres ne me suffit pas ! Il y a longtemps que je voulais tenter l’expérience mais l’activité n’était pas ouverte au grand public… Cet hiver, une entreprise de Québec (Relèvénement) propose une initiation au canot à glace, une expérience vraiment originale pour qui aime se dépenser un peu.

Rendez-vous est pris à l’Anse Brown, sur le boulevard Champlain, à Québec. Juste avant un long quai du port de Québec, l’anse est une belle place pour mettre à l’eau le canot à glace, à moment de l’étal. Dûment équipés de vêtements ajustés et pas trop chauds, des bas et bottes de néoprène bloquées au Ducktape, des crampons, des protections pour les tibias et genoux, plus une veste de sauvetage, nous filons tirer à cinq le long canot sur la neige, puis sur la surface gelée du bord de fleuve. Non sans les consignes de sécurité et de travail en équipe.Avant

En canot à glace, le capitaine est à l’arrière avec sa rame et les moussaillons tournés vers l’arrière, assis en position de manier l’aviron quand on aborde les zones d’eau. Le reste du temps, la position est d’être penché en avant, agrippé au bord du canot et à une barre transversale, un genou et une jambe à l’intérieur du canot et l’autre à l’extérieur, prête à trottiner sur la glace avec ses crampons, voire à faire le même mouvement dans l’eau… Le tout en rythme, si possible !

C’est parti pour un tour dans et sur le fleuve, les premiers embarquant avant de toucher l’eau pour ramer pendant que les deux autres trottinent à l’arrière pour pousser le canot à l’eau. A l’inverse, dès qu’une zone de glace est à traverser, les premiers se mettent en position de trottinette, voire sortent du canot pour le tirer, pendant que les deux autres rament encore avant d’atteindre la zone glacée.

Le tout est assez cardio et réclame une certaine agilité pour passer d’une position à l’autre, sur ordre du capitaine. La partie aviron n’est pas de tout repos mais réclame évidemment moins de tête que de muscles ! En une heure ou deux, on a de quoi en avoir à raconter: sur le passage d’un gros bateau qui arrive au loin et va s’accoster au quai du port, nous obligeant à un arrêt intempestif tout en nous donnant l’occasion de belles photos; deux fois, je me coincerai l’aviron sur le ventre, n’ayant pas bien utilisé le pic à glace au bout de l’aviron; une fois, je raterai ma cible de support dans le canot et me retrouverai assise sur un bloc de glace, à l’extérieur… Le métier rentre, avec un peu d’adrénaline et beaucoup de bonne humeur !

http://www.canotaglacequebec.com

Béluga (paroles: Anne Pélouas)

C’était un beau matin d’automne
A l’heure où certaines cloches sonnent
Le réveil ou le déjeuner
Couché entre deux gros rochers
T’avais l’air du dormeur du val
Même sans personne qui tire une balle
Dans l’bout d’en bas de l’Ile Verte
.
J’aime pas le bruit
J’aime le silence
Mais y’a des jours
Où je m’ennuie
De tes discours
Plein d’éloquence
Bé-lu-ga…
Bé-lu-ga…
.
Ils sont ailleurs, bien cravatés
Doucettement climatisés
Dans leurs bureaux, dans leurs usines
Ils se gorgent de caféine
Et jettent au fleuve sans un remords
Des tonnes de leurs déchets de mort
Avant d’aller courir, alertes
.
J’aime pas le noir
J’aime l’arc-en-ciel
Mais y’a des jours
J’voudrais plus voir
Tous ces vautours
Industriels
Bé-lu-ga…
Bé-lu-ga…
.
Toi, t’as fini ta course folle
Ta lutte contre toutes leurs fioles
T’étais pas d’taille à les contraindre
Et ton troupeau peut bien se plaindre
Lui faudrait plus qu’un porte-voix
Pour qu’ils se mettent à faire des lois
Qui ne rendent pas le fleuve inerte
.
J’aime pas le froid
J’aime la chaleur
Mais y’a des jours
J’irais tout droit
Trouver secours
Dans vos vapeurs
Bé-lu-gas…
Bé-lu-gas…
.
C’était un beau matin d’automne
Quand j’y pense, encore je frissonne
Non pas de frette mais bien de glace
De t’avoir vu de guerre lasse
Abandonner tes jeux marins
Venir t’échouer, vilain destin
Dans l’bout d’en bas de l’Ile Verte.
.
J’aime pas ta mort
J’aime mieux la vie
Mais y’a des jours
J’prends tous les torts
D’ce monde de sourds
Qui te punit
D’avoir choisi
Le fleuve pour lit
Bé-lu-ga…
D’avoir choisi
Le fleuve pour lit
Bé-lu-ga…
%d blogueurs aiment cette page :