Tag Archive | Laurentides

SECRETS DES LAURENTIDES À EXPLORER SUR DÉCOUVERTESMAG

Article publié sur decouvertesmag.com le 21 décembre 2016

On croit avoir tout vu, tout arpenté dans cette région aussi connue qu’est les Laurentides. Mais non, il y a toujours des secrets bien gardés, des lieux méconnus où l’on peut faire du plein air hivernal. Comme des sentiers de raquette ou des pistes de ski de fond fréquentés par les gens du coin, et qui mériteraient grandement plus de publicité.

capture-decran-2017-01-10-a-08-19-25RAQUETTE SUR LE SENTIER DU GRAND BRÛLÉ

Ce très beau sentier pédestre de la station Tremblant est méconnu et c’est bien dommage! En hiver (comme en été ou en automne), plutôt que de grimper en haut de la station de ski alpin en télécabine, on prend la tangente à droite et on monte à pied si la neige est tapée, ou sinon, en raquettes. Le sentier s’enfonce vite dans la forêt et on oublie complètement où l’on est… Après une bonne montée,
on atteint une zone plus ouverte d’où l’on a vue sur les montagnes environnantes. Encore un petit effort et on atteindra de grosses roches où il fera bon s’asseoir pour reprendre son souffle et admirer le paysage avant la dernière ligne droite! Ça grimpe encore et encore… Mais la lumière est au bout du tunnel: le sommet. Il est certes envahi de skieurs alpins et de touristes montés en télésiège pour prendre une photo, mais nous, on sait que l’on mérite cette vue à l’énergie que notre corps a déployé!

Pour lire la suite et découvrir d’autres secrets,  cliquez ici!

Publicités

Les sentiers secrets des orphelins dans les Laurentides

C’est le printemps, le beau temps s’en vient. Vous avez envie de nouveaux sentiers. Je vous invite à découvrir le réseau des Sentiers des Orphelins sur lequel j’ai écrit un article, publié sous l’onglet Voyages du site canoë.ca. 

Que ce soit à pied ou à vélo, on pourra dans les semaines à venir enfin profiter de la nature printanière. Voici un beau circuit des Laurentides – et un secret encore bien gardé – à découvrir gratuitement, celui des sentiers des Orphelins.

Pour s’y rendre, il faut filer plein ouest depuis l’autoroute 15 à la hauteur de Saint-Sauveur pour rejoindre Morin-Heights. Ceux qui connaissent le parc Corridor aérobique, ancienne voie de chemin de fer reliant Morin-Heights à Amherst, n’auront pas à chercher longtemps. Le Réseau de sentiers des Orphelins, récemment aménagé par la municipalité de Wentworth-Nord, est en quelque sorte une excroissance de cette piste, transformée en piste de ski de fond l’hiver et de vélo le reste de l’année. On en part et on y revient pour compléter une belle boucle de 11 km, à faire à pied, en vélo de montagne ou vélo hybride. Au programme: des arbres, des tapis de mousse, de l’eau et un exercice sportif relativement modéré.

HOMMAGE ET PAYSAGES

Le nom du réseau rend hommage à des milliers de jeunes Montréalais qui ont résidé à l’Orphelinat agricole Notre-Dame-de-Montfort en apprenant un métier au tournant du 19e siècle. Et comme il est aménagé sur des «terrains orphelins», finalement acquis par la municipalité locale en 2009, il porte doublement bien son nom.

[Lire la suite et voir des images]

Un endroit pour faire du ski-raquette

Vous voulez essayer une nouvelle façon de se promener en plein-air durant l’hiver.  Découvrez le ski-raquette : voyez les détails dans ce court texte publié dans Géo Plein air. Photo: Anne Pélouas

En skis Hok dans les Laurentides

Le ski-raquette a bien changé depuis ses débuts. Après le scandinave Karhu, Altai Skis a développé au Québec son modèle Hok en deux longueurs: 1,2 m et 1,45 m. Pour en faire l’expérience, rendez-vous pour une sortie de trois heu­res avec Marc-André Lebuis, d’Éco Aventure Monde, au parc régional Val-David–Val-Morin. [Lire la suite]

Été 2014 – Nouveautés au Québec – 5ème volet

Les régions du Québec se préparent à une nouvelle saison touristique. Voici quelques nouveautés qui ont retenu mon attention

LAURENTIDES
– Des tyroliennes à la pelle à Mont-Tremblant, avec Ziptreck Ecotours Tremblant
– De l’escalade pour tous les goûts, avec Attitude Montagne, à Sainte-Adèle.

CÔTE-NORD
– Le Jardin des Glaciers est en partie réouvert à Baie-Comeau, du moins pour la Station d’exploration glaciaire et son expérience virtuelle-multisensorielle.
– Sur l’île aux Perroquets, on campe désormais.

ILES-DE-LA-MADELEINE

– Excursion au Rocher aux Oiseaux, avec Excursions en mer: un site de plus pour observateurs de la nature.
– Les Ateliers de la Marée basse: comment ramasser coquillages ou bois de grève et créer des objets avec un duo d’artiste-biologiste.
– Folle virée gourmande avec des trios de producteurs-restaurateurs et artistes, du 15 juin au 4 juillet (www.tourismeilesdelamadeleine.com/fr/la-folle-viree-gourmande/festivals-et-evenements) 

MAURICIE
– Une safranière à Saint-Élie-de-Caxton: Pur Safran, avec atelier découverte, boutique et halte vélo.
– la fin d’Amos Daragon, la première aventure, spectacle nocturne à la Cité de l’énergie de Shawinigan.

Lumières sur la ville

Le Festival Montréal en lumière annonçait cette semaine sa programmation gastronomique, pour sa quinzième édition, du 20 février au 2 mars.

Voici en vrac ce qui m’a le plus et le moins épatée !

Lumière sur Montréal: le 18 février, en pré-ouverture, une soirée gastronomique (avec 25 chefs montréalais) et culturelle (avec Pierre Lapointe, Jorane et Michel Rivard notamment)…dans ce lieu magique qu’est la SAT (Société des arts technologiques), le tout au profit de Centraide qui distribue ses dons à divers organismes sans but lucratif de Montréal.

– San Francisco, ville à l’honneur: avec notamment la venue d’Emmanuelle Leftick, du Benu Restaurant, à La Fabrique. C’est l’une des étoiles montantes parmi les chefs d’Amérique et sa carte de visite compte le Torontois Susur Lee, resto que j’ai adoré en son temps !

Un coup de chapeau à Haiti, avec entre autres  un gros repas convivial orchestré par Stephan Berrouet Durand, du Plaza Hôtel de Port-au-Prince.

La série des Amitiés gourmandes, sponsorisée par Air France

Les Laurentides en ville: une série de rencontres de chefs montréalais et laurentiens.

un cours de cuisine pour enfants: chez Appolo Concept, deux dimanches après-midis

La Fête des fromages d’ici... avant l’envahissement attendu des fromages européens sur fond d’accord de libre-échange.

Le dîner des anciens combattants (des anciens du Toqué!), en formule brunch au Toqué !

un menu tout truffes à la Brasserie T.

Les ateliers du Marché Jean-Talon, avec producteurs et chefs des Laurentides, animés par Jean-Paul Grappe.

Les balades culinaires dans Montréal: centre-ville, Vieux-Montréal, Petite Italie ou quartier des spectacles.

Au Pullman, le retour pour un soir de Paryse Taillefer, de la regrettée La Paryse.

LE MOINS

– le côté racoleur vedettes: ou comment se servir de vedettes pour attirer le client dans les restos qui les reçoivent pour un ou deux soirs? De Grégory Charles à France Castel, en passant par Alexandre Despatie ou Boucar Diouf… On aime ou on n’aime pas !

Théâtre d’été à Sainte-Adèle

Les vacances sont faites pour sortir du train-train quotidien et se payer du bon temps.

Une fois n’est pas coutume, je suis allée voir une pièce de « théâtre d’été » comme il s’en joue dans chaque région du Québec durant la saison estivale. Rarement de drame épique ou songé dans ce genre théâtral mais plutôt des pièces dans le style vaudeville-boulevard. Ce qui n’exclue pas de passer une bonne soirée pleine d’humour !

Tel fut le cas avec « Femme cherche homme désespérément », vu au Théâtre Sainte-Adèle, une très sympathique salle  de spectacles des Laurentides, choisie parce que mon amie Suzanne Bouchard en assure l’assistance à la mise en scène et la régie tout au long de l’été…

La comédie, signée Carole Tremblay et mise en scène par Michel Poirier, est portée par deux personnages féminins, dont l’une veut aider l’autre à trouver l’âme soeur via un réseau de rencontres par internet. La pièce doit beaucoup au jeu de la bouillonnante comédienne Chantal Baril. Les autres sont Mireille Deyglun, Roger La Rue et Daniel Thomas.

On peut opter pour la pièce seule ou pour un forfait souper-spectacle, du jeudi au samedi jusqu’au 2 septembre sauf prolongations.

http://www.theatresainteadele.com

450 227-1389 ou 514 990-7272

Tourisme « accessible »

L’organisme Keroul a rendu publique la liste de six finalistes à la Mention Keroul 2013 décernée aux attraits touristiques ou culturels accessibles aux personnes à mobilité réduite.

 

      L’Aqua-taxi de l’entreprise Au feel de l’eau, en Outaouais

–   La Maison symphonique de Montréal

–   Le Manoir Mauvide-Genest, sur l’île d’Orléans

–   Le Musée du fjord, au Saguenay

–   L’Oratoire Saint-Joseph, à Montréal

–   La Route des Gerbes d’Angelica, dans les Laurentides

Le lauréat sera connu lors du gala des Grands Prix du tourisme québécois le 14 mai à Gatineau.

 www.keroul.qc.ca ; www.larouteaccessible.com

Piste historique de ski de fond: La Maple Leaf

P1130181

En balade dans les Laurentides, à la recherche des pistes historiques de ski de fond qui jalonnent le territoire des « Pays d’En-Haut » pour un futur article de Géo Plein Air, j’ai découvert ce vieux panneau de signalisation: il semble provenir d’une boîte de conserve, avec impression de la feuille d’érable… qu’un chasseur a pris un jour pour cible !

En ski-raquette dans les Laurentides

P1130218

Nouveauté dans le domaine de la « glisse », voici le ski-raquette qui devrait plaire aux amateurs de raquettes un peu lassés de descendre à pied de belles pentes de neige fraîche ! J’ai expérimenté la chose il y a quelques jours dans les Laurentides avec Marc-André Lebuis, guide-fondateur d’Eco Aventure Monde qui organise des sorties d’initiation hivernale aussi bien à la Forêt Montmorency que dans la Vallée Bras-du-Nord (région de Québec) et le parc régional Val David-Val Morin (Laurentides). J’ai bien aimé le concept qui fait gagner environ 30% de distance (ou de temps) par rapport à une sortie de raquettes. On peut emprunter des sentiers de raquettes (surtout en montée et sur le plat) mais pour les descentes, mieux vaut passer dans la poudreuse. C’est là que les choses peuvent se gâter si l’on n’est pas très bon dans le hors piste en général… mais on peut toujours descendre les pentes dans la neige folle en zigzaguant pour ne pas prendre trop de vitesse. Ceux qui savent faire du télémark (comme Marc-André sur la photo) goûtent davantage aux joies de la descente ! Selon lui, la technique s’apprendrait en une seule sortie de groupe…

Le ski-raquette a 125 à 145 cm de long, une bonne largeur et une fixation universelle avec ajustement facile. Une peau synthétique, facilitant la montée, est intégrée à la base du ski. Le modèle utilisé (HOK d’Altai Skis) est fabriqué par deux Québécois, dont un ancien de Karhu.

http://www.ecoaventuremonde.com

Nouveautés hivernales au Québec

En ski de fond dans le Parc Forillon

En ski de fond dans le Parc Forillon

 En Gaspésie

Cet hiver, le parc Forillon sera fermé, sans doute pour cause de compressions budgétaires fédérales… Il faudra aimer la raquette ou le ski nordique pour profiter des pistes non tracées du parc, qui est pourtant magnifique en hiver, comme j’ai pu le constater en février dernier, lors d’une étape de la Traversée de la Gaspésie en ski de fond.

 En Montérégie

Plusieurs fois repoussée, l’ouverture d’Oasis Surf, un parc d’attractions intérieur où le surf sera à l’honneur, devrait se faire au printemps prochain !

Dans les Laurentides

Les hébergements dans les arbres ont décidément la cote. A Nominingue, dans les Hautes Laurentides, Les Toits du monde proposent de dormir sur quatre saisons dans des cabanes perchées.

A Laval

J’ai moins la dent sucrée que la bouche gourmande salée mais j’ai craqué récemment pour les petites truffes à la pâte de noix de Tessier Lavigne.

Dans Lanaudière

L’Auberge Matawinie, à Saint-Michel-des-Saints, a fait peau neuve après d’importants travaux intérieurs. Aux fourneaux, Emmanuel R. Desjardins, qui a fait ses armes au restaurant L’Eau à la bouche, avec sa mère Anne Desjardins. L’auberge rouvre le 1er décembre et sera très orientée familles et groupes, avec une formule « tout inclus ». www.matawinie.com

L’homme fort ? A Saint-Jean-de-Matha, où se trouve déjà le Musée Louis-Cyr, on restaure la Maison Louis-Cyr, celle-là même où vécut l’homme qui fut un temps le plus fort au monde. Ouverture prévue l’été prochain.

%d blogueurs aiment cette page :