Archive | Plein air RSS for this section

LA GRANDE TRAVERSÉE DU SAINT-LAURENT EN «CROISIÈRE» DE SKI DE FOND ET RAQUETTE

Article publié le 9 février 2017 sur Avenues.ca

La grande traversée du Saint-Laurent a emmené fin janvier 250 fous de ski de fond et de raquette de Gaspé à Montréal. Unique en son genre, l’événement célébrait à sa manière le 375e anniversaire de Montréal. Récit de cette aventure, aussi sportive qu’humaine.

Ces Gaspésiens amoureux de l’hiver et de «la vie qui nous unit» (selon la belle formule de Claudine Roy, fondatrice de la Traversée de la Gaspésie (TDLG)) ont une joie de vivre contagieuse. Ils savent nous pousser dans nos retranchements pour réaliser de vrais exploits sportifs. Nous avons fait jusqu’à 30 km de ski de fond par jour ou 14 km de raquette avec de méchants dénivelés. Le tout en se levant aux aurores et en faisant la fête tous les soirs!

Le forfait de «vacances sportives tout inclus» sur sept jours, offert depuis 15 ans par la Traversée de la Gaspésie sur le territoire de la péninsule, faisait cette fois-ci une entorse à la tradition. Après les premiers jours en Gaspésie, on allait remonter le fleuve Saint-Laurent avec étapes à La Malbaie, Québec et Montréal. On coucherait à bord du Vacancier, navire madelinot de la CTMA, qui voguerait la nuit, de port en port. 

Arrivée à bord du Vacancier
Arrivée à bord du Vacancier, notre navire de croisière
LIRE LA SUITE…
Publicités

Des crampons pour profiter de la marche en hiver

Article publié sur le site avenues.ca le 15 décembre 2016

EN VILLE COMME EN RANDONNÉE, LES CRAMPONS S’AVÈRENT DE PLUS EN PLUS UTILES POUR NE PAS FAIRE DE MAUVAISES CHUTES. MAIS LESQUELS CHOISIR? 

La variété de crampons est impressionnante et, autant vous le dire tout de suite, il n’y en a aucun de parfait pour satisfaire aux exigences de la marche urbaine, de la course ou de la randonnée en montagne. Avec les conseils éclairés de Maxime Gauthier, responsable plancher chez Mountain Equipment Coop, à Longueuil, je vous présente ici les avantages et inconvénients de différents modèles.

CONSEILS DE BASE

En premier lieu, il faut veiller à un bon ajustement des crampons. Vendus dans des tailles de XS à large, on les choisit en fonction de la taille de nos bottes d’hiver ou de nos souliers de course. Trop lâches, on risque de les perdre facilement, trop serrés, d’avoir froid aux pieds.

Ensuite, on identifie nos besoins: «seulement» pour la ville, la course ou la rando? Ou une version plus polyvalente? Dans ce cas, Maxime suggère d’appliquer la règle du 80%-20% pour orienter votre choix: 80% de l’utilisation envisagée, par exemple pour la randonnée; 20% pour la course. Ou inversement.

Le prix est très variable, avec des qualités de composants (crampons, harnais de caoutchouc) qui le sont aussi. Le plus important est de regarder la surface de contact couverte par les crampons, qui donnera une bonne idée de l’adhérence future sur la glace…

Lire la suite sur le site avenues.ca

 

SECRETS DES LAURENTIDES À EXPLORER SUR DÉCOUVERTESMAG

Article publié sur decouvertesmag.com le 21 décembre 2016

On croit avoir tout vu, tout arpenté dans cette région aussi connue qu’est les Laurentides. Mais non, il y a toujours des secrets bien gardés, des lieux méconnus où l’on peut faire du plein air hivernal. Comme des sentiers de raquette ou des pistes de ski de fond fréquentés par les gens du coin, et qui mériteraient grandement plus de publicité.

capture-decran-2017-01-10-a-08-19-25RAQUETTE SUR LE SENTIER DU GRAND BRÛLÉ

Ce très beau sentier pédestre de la station Tremblant est méconnu et c’est bien dommage! En hiver (comme en été ou en automne), plutôt que de grimper en haut de la station de ski alpin en télécabine, on prend la tangente à droite et on monte à pied si la neige est tapée, ou sinon, en raquettes. Le sentier s’enfonce vite dans la forêt et on oublie complètement où l’on est… Après une bonne montée,
on atteint une zone plus ouverte d’où l’on a vue sur les montagnes environnantes. Encore un petit effort et on atteindra de grosses roches où il fera bon s’asseoir pour reprendre son souffle et admirer le paysage avant la dernière ligne droite! Ça grimpe encore et encore… Mais la lumière est au bout du tunnel: le sommet. Il est certes envahi de skieurs alpins et de touristes montés en télésiège pour prendre une photo, mais nous, on sait que l’on mérite cette vue à l’énergie que notre corps a déployé!

Pour lire la suite et découvrir d’autres secrets,  cliquez ici!

Blogue Ulysse : Je grouille à la pêche

Article paru sur mon blogue Grouille pour pas qu’ça rouille le 10 juin 2016

A moins de jouer de la mouche les deux pieds et même la moitié du corps immergé dans une rivière, la pêche n’est pas à proprement parler une activité de plein air très « grouillante ». Mais comme le mois de juin est bon pour titiller le poisson et que les jours sont les plus longs de l’année, pourquoi ne pas essayer le « prêt-à-pêcher » offert dans plusieurs réserves fauniques gérées par la SEPAQ ? On est dehors, il fait beau et il y a toujours de belles randonnées à faire à pied ou en vélo aux alentours.

Direction : la réserve faunique Papineau-Labelle, à cheval sur l’Outaouais et les Laurentides. Rendez-vous au poste d’accueil Mulet pour récupérer permis de pêche, droits d’accès à la pêche, cannes à pêche, coffres à pêche, leurres à pêche… Le forfait « prêt-à-pêcher » donne aussi droit à un beau chalet en bois rond au lac Kennedy, en plein cœur de la réserve.

Pour lire la suite, cliquez ici!

 

Avenues : La Côte-Nord en 10 arrêts

27 juillet 2016 – article publié sur avenues.ca

CE N’EST PAS PARCE QU’ON FAIT UN ROADTRIP EN VOITURE SUR LA CÔTE-NORD QU’ON NE PEUT PAS PROFITER DU PLEIN AIR AUX ARRÊTS. DE TADOUSSAC À BLANC-SABLON, LA ROUTE DES BALEINES SUIVIE PAR LA ROUTE MARITIME DE LA BASSE-CÔTE-NORD OFFRENT DE MULTIPLES OCCASIONS DE RANDONNER, CANOTER, FAIRE DU KAYAK ET OBSERVER LES OISEAUX.
1. DE TADOUSSAC AUX BERGERONNES

Marcher sur la passerelle de bois dominant la baie de Tadoussac nous transporte déjà dans l’univers marin du Saint-Laurent. On peut poursuivre au pied des dunes (surtout à marée basse) puis reprendre l’auto jusqu’aux Bergeronnes. Tout autour du Cap-de-Bon-Désir, on marche des heures sur les belles roches ou on s’assoie pour observer les baleines qui s’approchent souvent de la rive.

2. DE LONGUE-RIVE À PORTNEUF

Place aux oiseaux aux abords du Centre d’interprétation des marais salés, à Longue-Rive, comme sur le banc de sable, à Portneuf-sur-Mer, qui s’arpente sur 8 km aller-retour. Plus tranquille est la balade en canot sur la rivière Portneuf. Il y a tellement de courant qu’on rame surtout pour se diriger, le nez en l’air.

Pour la suite, visitez avenues.ca
La rivière Portneuf sur la Côte-Nord.

La rivière Portneuf sur la Côte-Nord.

 

Avenues : 7 lieux magiques pour marcher hors des sentiers battus

30 juin 2016 – article publié sur avenues.ca

POUR LES RANDONNÉES, IL N’Y A PAS QUE LES SENTIERS! PLAGE DE SABLE, ROCHERS, GALETS… VOICI DES SUGGESTIONS DE LIEUX MAGIQUES POUR MARCHER HORS DES SENTIERS BATTUS!
PARC NATIONAL DU BIC

Au Parc national du Bic, dans le Bas-Saint-Laurent, les sentiers en forêt sont rarement loin de l’eau. Ceux du Cap Caribou ou du Cap à l’Orignal longent de jolies anses avant de vous donner vue directe sur le grand fleuve. À marée basse, sortez du parc et filez vers l’est sur la route 132. Juste après le village du Bic, une petite route à gauche mène au golf. On peut facilement marcher sur le sable et les rochers à marée basse jusqu’en face de l’île au Massacre et il n’est pas rare d’y voir quelques phoques se prélasser au soleil sur une roche…

CAP-DE-BON-DÉSIR

Pour lire la suite, visitez le site de Avenues.ca

Terre-Neuve : sous le charme de l’île Fogo

Article paru à Huffington Post Québec le 16 aout 2016

Justin Trudeau y a passé le dernier week-end de Pâques en famille. Ouvert en 2013, le Fogo Island Inn attire depuis une clientèle argentée en provenance de partout sur la planète. L’hôtel de luxe, à l’architecture résolument moderne, a littéralement mis l’île Fogo sur la carte mondiale des destinations touristiques de choix. Tant mieux, car elle recèle de nombreux trésors, en plus de cet écolodge grand style sous-tendu par un ambitieux projet socioéconomique et artistique.

L’île magique en été comme en automne

De Twillingate, réputée pour être l’un des meilleurs endroits au monde pour voir passer des icebergs en mai-juin, le traversier de Farewell, au nord-est de la partie centrale de Terre-Neuve, n’est pas loin. En moins d’une heure, on débarque à Stag Harbour. De là, il est facile de sillonner l’île – la plus grande de la province – mais qui ne fait que 27 kilomètres sur 14, avec une belle forêt centrale. Surtout, il faut abandonner l’auto pour découvrir de jolis villages et profiter de nombreux sentiers pédestres longeant la côte ou débouchant sur des plages.

Dans la partie nord, au découpage rocheux, les villages de pêcheurs s’égrènent comme un chapelet. Plusieurs ont conservé un patrimoine historique important. L’île a vu passer les premiers pêcheurs français au 16ème siècle mais ne fut colonisée qu’au 18ème par les Anglais et Irlandais. Les ports de Fogo, Tilting et Joe Batt’s Arm regorgent à cet égard de belles maisons anciennes en clin de bois et de petits bâtiments de pêche, souvent sur pilotis, aussi colorés que les bateaux amarrés.

Tilting, classé lieu patrimonial canadien, témoigne notamment d’un riche passé irlandais dans ses maisons en bordure de la route principale, longeant le port. En plus d’une ancienne poste datant de 1887, le village abrite deux musées, le Lane House Museum et Dwyers Premises, où l’on peut bien apprécier la vie traditionnelle au quotidien des pêcheurs et de leurs familles au 19ème siècle.

Lire la Suite…

Avenues : 7 sentiers de randonnées à essayer au Québec

2 juin 2016 – article publié sur avenues.ca

LE QUÉBEC REGORGE DE PARCS ET DE SENTIERS PÉDESTRES. VOICI DES SUGGESTIONS À METTRE SUR VOTRE LISTE DE SITES À DÉCOUVRIR CET ÉTÉ.

L’été est à nos portes. Il est plus que temps de penser aux vacances ou aux bons petits week-ends en plein air. Étant donné l’état de notre dollar, la tendance est à rester au Québec, dans les provinces voisines ou en court séjour côté américain, surtout si, comme le font certains établissements ou entreprises touristiques, on vous offre un rabais ou la parité dollar américain-dollar canadien (comme Jay Peak au Vermont).

DES IDÉES POUR PROFITER DE LA NATURE À PIED AU QUÉBEC 

À défaut de dresser une liste exhaustive des nouveautés qui s’offrent à vous dans plusieurs régions du Québec pour une courte ou une plus longue randonnée, je vous propose quelques bonnes adresses de sites que j’aimerais bien arpenter moi-même dans les semaines à venir!

Lire la suite sur avenues.ca

Quelques bonnes adresses bruxelloises

cycliste

On dort dans un train ? Au Train Hostel, dans le quartier Schaerbeek, pas très loin de la gare du Nord : une auberge bien originale où l’on dort dans une couchette, une cabine ou une suite de vrai train…

Pour manger typiquement belge sans se ruiner: au T’Kelderke, 15, Grand Place

Pour découvrir un resto de quartier, près du Palais Royal, offrant notamment d’excellents chicons au gratin: Le Schievelavabo, 52, rue du Collège Saint-Michel.

Pour dormir sur ses deux oreilles au centre-ville: Ibis Centre Sainte-Catherine. Chambres petites mais très fonctionnelles; petit déjeuner-buffet pantagruélique; accueil hors-pair.

-On se déplace en vélo: le Villo! est le frérot du Vélib parisien, aussi facile d’utilisation et tellement libérateur. Idéal pour partir le nez au vent se balader dans Bruxelles et découvrir ses trésors cachés, petites rues, bords de canal, passages couverts… mais attention aux mollets , il y a du relief dans certains quartiers !

%d blogueurs aiment cette page :