Archives de tags | Montérégie

Vacances en Montérégie pour la famille

Il reste encore quelques semaines avant la fin des vacances et le retour en classe des enfants. Revoyez des suggestions publiées dans le magazine Enfants Québec en 2013 qui sont toujours de bonnes idées pour l’été 2014.

 

Voici un circuit ponctué d’aventures naturelles en Montérégie.

Croisière dans les chenaux
À moins d’une heure de Montréal se trouve le lac Saint-Pierre, reconnu comme «réserve mondiale de biosphère» par l’Unesco. Vous découvrirez ce joyau naturel grâce au Biophare, à Sorel-Tracy. Ce musée présente trois expositions virtuelles qui émerveilleront petits et grands, en particulier celle qui a pour objet la vie sous l’eau, avec capsules vidéo et images prises sur et sous la surface. Puis, un bateau vous emmènera en croisière dans l’archipel des îles de Sorel, où, en sillonnant un labyrinthe de chenaux, vous découvrirez une végétation luxuriante et une multitude de petites bêtes.

[Lire la suite…]

Été 2014 – les nouveautés au Québec- 3ème volet

Les régions du Québec se préparent à une nouvelle saison touristique. Voici quelques nouveautés qui ont retenu mon attention

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE
-Des sentiers de vélos de montagne et une course à obstacles de 5 km pour cyclistes au Parc-Aventure Joannès.
– A Ville-Marie, la nouvelle auberge de jeunesse Maeva-Témis.

MONTÉRÉGIE
– Ouverture à Vaudreuil-Dorion de la Maison Félix-Leclerc, récemment restaurée, sur le chemin de l’anse. (www.maisonfelixleclerc.org)
– Le Parcours Iroquoien, un circuit vélo reliant quatre auberges de Longueuil à Saint-Jean-sur-Richelieu. Avec transport de bagages.
– Ouverture prévue en novembre du Oasis Surf. Avec vagues intérieures !
– En chalet sur la terre ou en tipi sur l’eau: Domaine Pourki (www.pourki.com)
– Tour d’observation sur le sentier du marais, à Sainte-Anne-de-Sorel…

CHAUDIÈRE-APPALACHES
– La Babine gourmande, un casse-croûte nouveau genre à Bellechasse (www.lababinegourmande.com)
– le Parcours des Caps: 4 km de sentier dans une vieille forêt et sur des caps rocheux, dans le secteur Saint-Fabien du Parc des Appalaches (www.parcappalaches.com)
– Commémoration du centenaire du naufrage de l’Empress of Ireland dans le Saint-Laurent au Musée maritime du Québec (www.mmq.qc.ca)
– Une caverne de sel pour mieux respirer, au Sento Spa de Lévis (www.sentospa.com)

GASPÉSIE
– Une train touristique – L’Amiral – entre Gaspé et Matapédia (www.trainamiral.com)
– La Traversée de la Gaspésie à bottines du 27 septembre au 4 octobre: un must à pied, en groupe et en saveurs régionales (www.tdlg.qc.ca)
– Bateau-ponton ou zodiac pour découvrir l’estuaire de la rivière Bonaventure avec le Bioparc de la Gaspésie (www.bioparc.ca)

Une Québécoise en Toscane

Il y a quelques semaines, j’ai fait la rencontre de Paula Papini Cook, 27 ans, viticultrice née en Montérégie, au Québec, et propriétaire d’un vignoble sur les hauteurs de la Toscane (entre Florence et Sienne !
Diplômée en agriculture de la réputée Université McGill, à Montréal, elle a étudié viticulture et œnologie à Angers, en France, puis en Italie, avant de chercher un nouveau port d’attache pour pratiquer le métier qu’elle aime. Et c’est en Toscane qu’elle a atterri.
Le Miccine compte sept hectares de vignes entre Radda in Chianti et Gaiole in Quianti, en plus d’une superbe villa rénovée et transformée en maison d’hôtes de style… toscan. Elle peut accueillir entre 8 et 10 personnes en quatre studios qui dominent le vignoble. Avec grande piscine et un chef qu’on peut faire venir à la demande pour mitonner de bons petits plats italiens. Pour quatre personnes, les prix varient de 1200 à 1800 euros la semaine selon la période.
L’idéal est sans doute d’aller y vivre l’expérience des vendanges fin septembre ou début octobre, un grand moment de convivialité et d’agapes comme je l’ai maintes fois expérimenté dans ma jeunesse à Bordeaux ! Reste qu’en tout temps, chez Mme Cook, les clients peuvent suivre les travaux quotidiens dans les vignes, comme au chai ou à la salle de dégustation.
La vigneronne a choisi de produire moins plutôt que plus, soit à peine 30.000 bouteilles par an. Ses cinq vins (quatre rouges et un blanc) sont de purs produits sans pesticide ni engrais chimique… en attente d’une certification bio pour les prochaines années.
On trouve notamment à la SAQ québécoise Le Miccine, Chianti Classico, 100% Sangiovese, 2009, au prix de 23,60 $. Élégant et moyennement acide, on lui reconnait un bouquet complexe de fruits murs.
http://www.lemiccine.com

Nouveautés hivernales au Québec

En ski de fond dans le Parc Forillon

En ski de fond dans le Parc Forillon

 En Gaspésie

Cet hiver, le parc Forillon sera fermé, sans doute pour cause de compressions budgétaires fédérales… Il faudra aimer la raquette ou le ski nordique pour profiter des pistes non tracées du parc, qui est pourtant magnifique en hiver, comme j’ai pu le constater en février dernier, lors d’une étape de la Traversée de la Gaspésie en ski de fond.

 En Montérégie

Plusieurs fois repoussée, l’ouverture d’Oasis Surf, un parc d’attractions intérieur où le surf sera à l’honneur, devrait se faire au printemps prochain !

Dans les Laurentides

Les hébergements dans les arbres ont décidément la cote. A Nominingue, dans les Hautes Laurentides, Les Toits du monde proposent de dormir sur quatre saisons dans des cabanes perchées.

A Laval

J’ai moins la dent sucrée que la bouche gourmande salée mais j’ai craqué récemment pour les petites truffes à la pâte de noix de Tessier Lavigne.

Dans Lanaudière

L’Auberge Matawinie, à Saint-Michel-des-Saints, a fait peau neuve après d’importants travaux intérieurs. Aux fourneaux, Emmanuel R. Desjardins, qui a fait ses armes au restaurant L’Eau à la bouche, avec sa mère Anne Desjardins. L’auberge rouvre le 1er décembre et sera très orientée familles et groupes, avec une formule « tout inclus ». www.matawinie.com

L’homme fort ? A Saint-Jean-de-Matha, où se trouve déjà le Musée Louis-Cyr, on restaure la Maison Louis-Cyr, celle-là même où vécut l’homme qui fut un temps le plus fort au monde. Ouverture prévue l’été prochain.

Tomber dans les pommes!

À l’automne, on y court, on y court… Le mont Rougemont est bien connu des amateurs de pommes quand vient le temps de les cueillir soimême. Pourquoi ne pas en profiter pour le découvrir autrement que dans une file de voitures attendant son tour pour en faire le tour ? Il faut l’aborder par la face sud… hors des sentiers battus. (lire la suite)

%d blogueurs aiment cette page :