Archives de tags | tartare

La Coupole revisitée

Le restaurant associé à l’Hôtel Le Crystal, à deux pas du Centre Bell au cœur de Montréal, avait déjà de la gueule dans le genre « brasserie française à la mode nord-américaine », tant côté décor qu’à table mais il vient de se re-vamper avec brio.

Après un passage au nouveau bar à vin (où les cocktails sont à l’honneur), on passe à table dans une ambiance raffinée pour goûter à un menu réinventé sous la houlette d’une chef-conseil bien connue: Anne Desjardins, ex chef-proprio de L’eau à la bouche, qui avait périclité avant de disparaître. Elle apporte au jeune chef Cédric Désilets (ex-Auberge Godefroy de Bécancour) son expérience dans la mise en valeur des produits du terroir québécois.

Le menu propose d’abord un burger spécial bœuf AAA et deux beaux tartares de bœuf et saumon. J’aime particulièrement les « plaisirs à partager » en trois versions d’ardoises de charcuteries artisanales, de fromages du Québec ou de saumon-esturgeon fumés de Saint-Alexis. Idéales pour goûter à tout entre amis !

En entrée, le clafoutis aux champignons est particulièrement original et goûteux. La carte en dix propositions de plats signatures d’Anne Desjardins est alléchante et souvent surprenante, non dans ses choix premiers (filet de truite, côte de bœuf, risotto ou suprême de canard par exemple) mais dans les modes de cuisson (poulet braisé à l’hydromel, confit…) et les accompagnements originaux: purée de fèves blanches à l’ail rôti, risotto à la courge musquée, champignons et poireaux, purée de céleri-rave et pommes.

En dessert, on rajeunit ici le traditionnel pouding chômeur québécois; la tatin de pommes peut s’adjoindre un foie gras poêlé et le macaron au citron est un vrai délice…

http://www.restaurantlacoupole.ca

Gastronotes – Menu tout dattes

C’est la proposition un brin étonnante que nous faisait la semaine dernière à Montréal le chef Jonathan Garnier, de la Guilde culinaire.

De retour d’un voyage en Californie à la découverte d’exploitations de dattes de la Vallée Bard qui sont commercialisées sous la marque Natural Delights, il nous a expliqué l’origine des dattes Medjool, autrefois réservées au roi du Maroc. Dix-huit dattiers marocains ont depuis pris le chemin de la Californie. Il n’en restent que 6 mais bien plantés dans le sens du vent, ils se sont rapidement multipliés.

J’y ai appris que pour avoir une bonne qualité de dattes, on ne gardait qu’un régime sur dix. Elles deviennent alors plus grosses et plus juteuses. Ventant les mérites des dattes pour la santé, Jonathan m’a bien intéressée avec son lait aux dattes infusées pour sportifs et ses idées de tajine en dessert avec amandes, cannelle et fruits secs, de glace ou de crème anglaise à la datte.

Passons à table

On débute par un samossa de chèvre et ketchup de dattes, suivi par un petit velouté de carottes aux dattes et mini-burger au porc effiloché et sauce aux dattes BBQ (divin).

J’ai surtout aimé le tartare de saumon et son émulsion de dattes. Le tartare était lié par une huile au citron et agrémenté de pois wasabi écrasés, ce qui donnait un mélange de textures aussi curieux que réussi. Le foie gras de canard (au torchon mais cuit à la vapeur) avec croustillant de dattes aux épices et gelée de lime présentait plutôt un intéressant mélange de saveurs douces et astringentes.

Suivait une drôle de papillote de bar du Chili dans un sac plastique dont je ne vois guère l’utilité autre que de voir à travers ! Le poisson était accompagné d’une délicieuse purée de chorizo, datte et ail. Il semble que le mariage soit aussi bon avec de la morue charbonnière.

Jonathan nous présentait ensuite une double côtelette d’agneau qu’il aime très cuites. Avec beurre de dattes et estragon (peu goûteux) et moelleux de polenta excellent. Ne sachant pas très bien réussir une polenta, j’ai pris sa recette: un quart de crème, un quart de lait, la moitié de bouillon et un peu d »ail, le tout mêlé à la polenta puis cuite 20 minutes dans un peu de beurre…

Au final, une mousse au chocolat était accompagnée d’une crème glacée aux dattes. Irrésistible.

En prime, je retiens l’idée (en plus de les manger en collations sportives) d’utiliser la datte comme agent sucrant et celle (hors-dattes) de mettre un peu de citron dans un risotto avant de servir !

http://www.naturaldelights.ca

http://www.laguildeculinaire.com

 

%d blogueurs aiment cette page :