L’heure (paroles: Anne Pélouas)

C’est un bras qui s’étire
Petit matin câlin
Et dans le creux des draps
Je sens ta peau satin
Ta bouche tout sourire
Te voilà, tu es là
.
Il y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
C’est sur le Pacifique, un grand bateau, le nôtre
Il y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
Mais y’a des heures tragiques, plus dures que les autres
.
C’est un bras qui s’étire
Petit matin chagrin
Et dans le creux des draps
Je sens le feu éteint
Personne pour se blottir
Bien sûr, tu n’es plus là
.
Il y’a des heures tragiques, plus dures que les autres
C’est comme le Titanic, un grand naufrage, le nôtre
Il y’a des heures tragiques, plus dures que les autres
Mais y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
.
Un rayon de soleil
Sur la table dressée
Deux couverts vermeil
Et un café fumant
Sur la table enlacés
Nos doigts jouent les aimants
.
Il y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
Comme dans la mer Baltique, un beau plongeon, le nôtre
Il y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
Mais y’a des heures tragiques, plus dures que les autres.
.
Un rayon de soleil
Sur la table délaissée
Eclaire le champ d’bataille
C’est aujourd’hui que j’paie
Pour trop d’amour donné
Mes doigts seuls sur l’émail
.
Il y’a des heures tragiques, plus dures que les autres
C’est un iceberg arctique, un gros glaçon, le nôtre
Il y’a des heures tragiques, plus dures que les autres
Mais y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
.
Dans ton regard étrange
Sur le sommet d’un mont
Je vois deux petits anges
Qui rêvent de grands espaces
Et nos corps vagabonds
Sur la pierre se prélassent
.
Il y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
Des instants angéliques, cet azur, c’est le nôtre
Il y’a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
Mais y’a des heures tragiques, plus dures que les autres
.
Dans ton regard étrange
Au beau milieu du pont
Je vois que je dérange
Tes plans pour traverser
Et nos corps moribonds
Sur le pont vont s’quitter
.
Il y’a des heures tragiques, plus dures qu’aucune autre
Des instants maléfiques, malgré nous on s’y vautre
Il y’a des heures tragiques, plus dures qu’aucune autre
Mais y’a des heures magiques, plus belles qu’aucune autre
.
Un accent de musique
Et tu danses et tu voles
Tu me prends par la taille
Tourbillon frénétique
Histoire sans parole
De deux corps qui tressaillent
.
Il y a des heures magiques, bien plus belles que d’autres
Et y’a des heures tragiques, pas mal plus dures que d’autres
Glissements tectoniques, pas’d’choix, ce sont les nôtres
Il y a des heures magiques dilalalalala
Et y’a des heures tragiques dilalalalala

Tags:, ,

À propos de Anne Pélouas

Journaliste-blogueuse au Canada, d'origine française, je suis correspondante du quotidien français Le Monde. J'écris aussi pour différentes publications québécoises et françaises, avec le tourisme, le plein air et la gastronomie pour sujets de prédilection. J'ai ouvert un second blogue en janvier 2016: Grouille pour pas qu'ça rouille. Spécial baby-boomers actifs !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :