Dans l’Arctique canadien, les Inuits veulent aussi tirer profit des immenses réserves en minerais

Publié le 3 août 2011

Plus de 3 milliards d’euros vont être investis pour aménager une mine à ciel ouvert. Dans la petite succursale de Baffinland Iron Mines, à Pond Inlet, village inuit le plus au nord de l’île de Baffin, dans l’Arctique canadien, deux murs sont couverts de cartes de la future mine de fer Mary River, à 160 kilomètres au sud : « Un projet très enthousiasmant », lâche Qavavauq Issuqangituq, agent de liaison chargé du recrutement d’Inuits. « On a déjà besoin de monde sur le terrain » pour préparer quatre ans de construction, avec 3 000 à 5 700 emplois. Article payant

Étiquettes : , , , ,

About Anne Pélouas

Journaliste-blogueuse au Canada, d'origine française, je suis correspondante du quotidien français Le Monde. J'écris aussi pour différentes publications québécoises et françaises, avec le tourisme, le plein air et la gastronomie pour sujets de prédilection. J'ai ouvert un second blogue en janvier 2016: Grouille pour pas qu'ça rouille. Spécial baby-boomers actifs !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :