Terre-Neuve : sous le charme de l’île Fogo

Article paru à Huffington Post Québec le 16 aout 2016

Justin Trudeau y a passé le dernier week-end de Pâques en famille. Ouvert en 2013, le Fogo Island Inn attire depuis une clientèle argentée en provenance de partout sur la planète. L’hôtel de luxe, à l’architecture résolument moderne, a littéralement mis l’île Fogo sur la carte mondiale des destinations touristiques de choix. Tant mieux, car elle recèle de nombreux trésors, en plus de cet écolodge grand style sous-tendu par un ambitieux projet socioéconomique et artistique.

L’île magique en été comme en automne

De Twillingate, réputée pour être l’un des meilleurs endroits au monde pour voir passer des icebergs en mai-juin, le traversier de Farewell, au nord-est de la partie centrale de Terre-Neuve, n’est pas loin. En moins d’une heure, on débarque à Stag Harbour. De là, il est facile de sillonner l’île – la plus grande de la province – mais qui ne fait que 27 kilomètres sur 14, avec une belle forêt centrale. Surtout, il faut abandonner l’auto pour découvrir de jolis villages et profiter de nombreux sentiers pédestres longeant la côte ou débouchant sur des plages.

Dans la partie nord, au découpage rocheux, les villages de pêcheurs s’égrènent comme un chapelet. Plusieurs ont conservé un patrimoine historique important. L’île a vu passer les premiers pêcheurs français au 16ème siècle mais ne fut colonisée qu’au 18ème par les Anglais et Irlandais. Les ports de Fogo, Tilting et Joe Batt’s Arm regorgent à cet égard de belles maisons anciennes en clin de bois et de petits bâtiments de pêche, souvent sur pilotis, aussi colorés que les bateaux amarrés.

Tilting, classé lieu patrimonial canadien, témoigne notamment d’un riche passé irlandais dans ses maisons en bordure de la route principale, longeant le port. En plus d’une ancienne poste datant de 1887, le village abrite deux musées, le Lane House Museum et Dwyers Premises, où l’on peut bien apprécier la vie traditionnelle au quotidien des pêcheurs et de leurs familles au 19ème siècle.

On marche!

Avec 200 km de sentiers faciles (de 400 mètres à 6 km de long), sur l’île Fogo, on marche! Le sentier de Brimstone Head, sur une petite péninsule près du village de Fogo, est réputé aboutir à l’un des quatre coins de la Terre, sur le site d’un ancien volcan. La Turpin’s Trail, à Tilting, est aussi superbe, entre plateau herbeux et côte rocheuse. À Joe Batt’s Arm, un sentier longe la baie avec vue sur le Fogo Island Inn. Il passe, comme plusieurs autres, au pied de l’un des quatre étonnants studios d’artistes en résidence bâtis sur l’île par la Shorefast Foundation : « The Long Studio ». Ces singulières « boîtes » en bois, noires ou blanches, aux formes originales ultra-modernes, sont signées par l’architecte d’origine terre-neuvienne Todd Saunders. Les studios ont été implantées à l’écart des routes de l’île, dans des décors naturels somptueux et facilement accessibles par sentier ou passerelle de bois de moins d’un kilomètre de long. Il faut absolument aller les voir.

Le site du Fogo Island Inn.Un hôtel, de l’art, des emplois

Ce qu’il y a de remarquable dans l’aventure du luxueux Fogo Island Inn, c’est qu’il s’agit d’une «entreprise d’innovation sociale». Zita Cobb, une fille de pêcheurs de l’île, a fait fortune dans la fibre optique avant de rentrer au pays, à 42 ans. Elle y a créé la Fondation Shorefast avec deux de ses frères. Objectif : revitaliser l’île et sa petite sœur Change par des projets novateurs mais respectueux de la tradition insulaire. En sont nés d’abord, des programmes d’aide à l’éducation et ces studios d’artistes accompagnés de la restauration d’une quinzaine de maisons typiques de l’île. Puis, la formidable aventure du Fogo Island Inn, aussi signé Todd Saunders.

L’hôtel en forme de X, tout de beau bois blanc vêtu, trône comme un bateau-amiral sur la côte de Joe Batt’s Arm, en partie perché sur des piliers en acier, avec vue imprenable sur l’océan depuis chacune de ses 29 suites. Design nordique épuré, touches éminemment chaleureuse dans la décoration : ici, on fait la part belle au matériaux et produits locaux. Les meubles comme tous les textiles utilisés dans la décoration sont l’œuvre d’habitants de Fogo, salariés du Fogo Island Shop, créé par la fondation. L’hôtel emploie presqu’uniquement des gens de l’île et même les guides sont des «locaux»!

Vertueux en utilisation de matériaux et technologies verts, l’hôtel l’est aussi en versant 10 % des prix des chambres en tout inclus (1 575 $ pour deux à 2 875 $ pour 4 personnes, par nuit) et la totalité de ses bénéfices à la Fondation Shorefast pour financer ses projets et programmes artistiques ou économiques sur l’île.

Et le plus sympa, c’est que si l’on n’a pas les moyens d’y séjourner, on peut tout de même se balader à l’extérieur de l’hôtel, y faire une vraie visite guidée ou profiter de la salle à manger mais seulement sur réservation. Une expérience à ne pas manquer !

Pour voir plus de photos, visitez l’article!

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

About Anne Pélouas

Journaliste-blogueuse au Canada, d'origine française, je suis correspondante du quotidien français Le Monde. J'écris aussi pour différentes publications québécoises et françaises, avec le tourisme, le plein air et la gastronomie pour sujets de prédilection. J'ai ouvert un second blogue en janvier 2016: Grouille pour pas qu'ça rouille. Spécial baby-boomers actifs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :