Au Canada, un incendie de forêt transforme Fort McMurray en ville fantôme

Article publié dans Le Monde.fr le 5 mai 2016

Déjà 10 000 hectares brûlés et près de 90 000 personnes évacuées. La région de Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta (Canada), où un violent incendie de forêt fait rage depuis le 1er mai, était toujours en situation de crise mercredi 4 mai au soir. L’Alberta a décrété l’état d’urgence, vingt-quatre heures après l’évacuation de la ville, et les autorités se préparaient au pire, que le feu encore hors de contrôle en ravage une bonne partie. L’industrie pétrolière et gazière, qui a donné naissance à cette cité et dont les installations ne sont pas touchées par l’incendie, a mis à la disposition des évacués plusieurs camps de travailleurs.

Vidée de ses habitants, tous sains et saufs, la capitale des sables bitumineux n’était plus que l’ombre d’elle-même mercredi, avec une épaisse fumée dans l’air et plusieurs quartiers dévastés. Si le centre de la ville est épargné, seize cents maisons ont été détruites dans trois quartiers du Sud : Waterways, Beacon Hill et Abasand.

La journée de mardi a été éprouvante pour la population. Des personnes isolées ont été évacuées par hélicoptère, et l’autoroute 63, artère principale pour quitter Fort McMurray par le nord ou le sud, connaissait un embouteillage monstre. Avec un mur de feu pour décor, de nombreux évacués ont abandonné leur véhicule faute d’avoir eu le temps de faire le plein. Près de 70 000 personnes ont quitté la ville par le sud et 17 000 par le nord. Quelque 20 000 habitants − dont une centaine de patients de l’hôpital local − ont pris la route ou l’avion pour Edmonton, capitale de la province.

Tandis que 250 pompiers luttaient d’arrache-pied mercredi contre le brasier, assistés par des avions-citernes et des hélicoptères, les secours s’organisaient. Bien que la cause de l’incendie reste inconnue, les responsables de la sécurité rappellent que les feux sont fréquents dans le nord-ouest du Canada, mais souvent plus tard dans la saison. La sécheresse et un temps très chaud ont contribué au déclenchement ou à la progression rapide de celui-ci.

Le premier ministre, Justin Trudeau, a jugé mercredi la situation « extrêmement préoccupante », et assuré l’Alberta et les évacués du soutien d’Ottawa à court terme, comme lors de la reconstruction. La Croix-Rouge canadienne a débloqué une aide d’urgence de 2 millions de dollars, et l’armée dépêchait d’Ontario un avion Hercules, avec militaires et équipements, pour prêter main-forte aux pompiers albertains. La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a quant à elle insisté sur la « sécurité humaine », estimant que d’autres quartiers pourraient être évacués, notamment Timberlea et Thickwood, dans le nord-ouest de Fort McMurray.

« Aujourd’hui, ça risque d’être encore pire »

« Mardi a été la pire journée de ma carrière, mais aujourd’hui ça risque d’être encore pire », a déclaré mercredi matin le chef des pompiers, Darby Allen. A la faveur de vents forts et de températures élevées (31 °C l’après-midi), le feu venu de l’ouest et du sud progressait vers le centre-ville mais aussi vers le nord et l’est de la région, provoquant en soirée la fermeture de l’aéroport. Le directeur des forêts de la province, Bernie Schmitte, a qualifié la situation d’« explosive », et le défi « de taille pour contenir un incendie difficile à cerner avec une mauvaise météo ».

Répété sur Twitter, le mot d’ordre de la maire de Wood Buffalo, Melissa Blake, à ses administrés ayant trouvé refuge dans les camps de compagnies pétrolières était clair : « Restez où vous êtes ; n’allez pas vers le sud. » Plusieurs entreprises, dont Suncor, Shell et Imperial Oil, avaient réduit mardi la production de sites au nord de la ville et ouvert leurs camps aux évacués. Leurs bâtiments préfabriqués sont partiellement désertés depuis l’effondrement des cours du pétrole, qui a entraîné des milliers de licenciements. A la fin d’avril, le Conference Board du Canada a révélé une perte record des compagnies pétrolières canadiennes, de 7 milliards de dollars canadiens (4,75 milliards d’euros) en 2015, et de 1,1 milliard de dollars pour l’industrie gazière. Athabasca, à l’ouest de Fort McMurray, est la principale zone d’exploitation des sables bitumineux (des hydrocarbures non conventionnels qui mélangent bitume, sable et argile), avec 66 % de la production du pays.

« Nos sites sont loin de la zone de l’incendie et nous nous concentrons sur l’aide aux évacués », explique Paul Newmarch, responsable de la communication de Suncor, qui a accueilli 2 000 personnes à Base Camp (25 kilomètres au nord de Fort McMurray), à Fort Hills et à Firebag. Andrew Aziz, de l’Institut Pembina, un think tank critique à l’égard de l’industrie des sables bitumineux, juge aussi prématuré de parler d’autre chose, même s’il se dit « préoccupé par les impacts économiques, écologiques et de santé » de cette catastrophe.

Même son de cloche à l’Association canadienne des producteurs de pétrole. « Nous ferons un état des lieux prochainement, mais pour l’instant il faut s’occuper des évacués », déclare la responsable de la communication, Chelsie Klassen. Selon elle, les dégâts seront limités pour l’industrie, même si l’incendie venait à toucher des sites de production. « Nos procédures d’urgence pour évacuer et stopper la production sont rigoureuses. 80 % des gisements de sables bitumineux sont très profonds et accessibles seulement par forage. Les 20 % restants, en surface, ne peuvent pas brûler facilement en raison de la présence de sable, et ces sites se trouvent beaucoup plus au nord. » Dans l’Alberta, on espérait, mercredi soir, que le front froid attendu le lendemain pourrait faciliter le travail des pompiers.

 

Publicités

Étiquettes : , , , ,

About Anne Pélouas

Journaliste-blogueuse au Canada, d'origine française, je suis correspondante du quotidien français Le Monde. J'écris aussi pour différentes publications québécoises et françaises, avec le tourisme, le plein air et la gastronomie pour sujets de prédilection. J'ai ouvert un second blogue en janvier 2016: Grouille pour pas qu'ça rouille. Spécial baby-boomers actifs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :