Archive | Photos RSS for this section

L’art urbain a désormais pignon sur rue à Bruxelles

IMG_2209

Bruxelles a un nouveau petit musée, entièrement consacré à l’art urbain et original à plus d’un titre. Le MIMA (Millenium Iconoclast Museum of Art) a été inauguré le 15 avril mais j’ai eu la chance de le visiter en primeur en marge du Salon des blogueurs WAT16, début avril. Il plaira à tous ceux qui s’intéressent aux arts non conventionnels… J’ai bien aimé d’abord le bâtiment lui-même, sur le Quai du Hainaut, à 15 minutes à pied au nord de la Grande Place de Bruxelles. Rien de baroque ici, plutôt une ancienne brasserie toute de briques vêtue, avec une jolie terrasse. A l’intérieur, un sympathique restaurant occupe le hall d’entrée. Puis, on entre dans une enfilade de salles d’expositions, sur quatre étages, cave non comprise !

FullSizeRender

L’idée des concepteurs était de réunir ici des œuvres représentant les vingt dernières années de création artistique, la culture 2.0 avec ses artistes qui n’ont plus besoin de galerie, qui exposent dans la rue, vendent leurs œuvres en direct sur internet… Lire la Suite…

Publicités

Londres dans le temps des fêtes, version nocturne

The London Eye

The London Eye

Dans Waterloo, le London Eye est tout de rouge vêtu la nuit. Cette grande roue du bord de la Tamise impressionne tout autant que Big Ben qui se détache dans le ciel, avec ses lueurs vertes. Rouge, vert, les couleurs de Noël !

Le pont de Westminster franchi, on rejoint la célèbre Abbaye, le joli square du Parlement avec ses nombreuses statues. Au hasard de la balade dans ce quadrilatère restreint, on transcende les styles d’architecture : gothique, Beaux-Arts, victorien, classique… De Scotland Yard, le guide nous emmène sur Whitehall, la grande avenue des ministères, avec arrêt devant Downing Street, où loge le Premier ministre britannique. La rue est bien gardée et l’on passe vite son chemin.image

Trafalgar Square n’est pas loin. Sur la place ultra-animée, les typiques noirs taxis londoniens rivalisent avec les bus à deux étages, aussi rouges que les cabines téléphoniques, tandis que de nombreux cyclistes se fraient encore un passage dans la circulation dense. La National Gallery domine le fond de Trafalgar Square. Je ne verrai pas de nuit, mais très bien le lendemain, le magnifique bâtiment de la Maison du Canada. Haut-lieu du Haut Commissariat du Canada au Royaume-Uni, il borde la place, laissant aussi flotter au vent ses drapeaux feuille d’érable sur la grande avenue menant à Buckingham Palace. image

Il est temps de rentrer au bercail. Les bords de la Tamise sont bien éclairés, tout comme le petit marché de Noël installé sur le quai, à deux pas du London Eye et du premier Inn, notre sympathique hôtel. premier2-2986

 

Le plus : un tour guidé, en soirée, dans le quartier Waterloo-Westminster avec Mark Stevenson (mark51n@hotmail.com)

Pour aller plus loin: Guide Ulysse (version numérique) Escale à Londres

J’y étais à l’invitation des hôtels Premier InnDSCN4232

 

 

Premier Inn/Hub: deux hôtels pas trop chers à Londres

Vue du Premier Inn Waterloo

Vue du Premier Inn Waterloo

La chambre du Premier Inn Waterloo ?
A première vue, elle a des allures d’hôtel-boutique, surtout à cause de son lit et de sa vue, en tout cas pour 30 de ses chambres tournées vers la Tamise, Big Ben et The London Eye, la grande roue de Londres.DSCN4232

Le Premier Inn Waterloo est plutôt destiné aux familles et gens d’affaires à budget limité. La chambre est confortable et dispose d’un petit bureau et d’un beau divan. Tout y est pour le pratico-pratique, des lampes au tiroir et étagères. La salle de bains est tout aussi fonctionnelle mais il manque aux deux un petit supplément d’âme… avec quelques touches de déco choisies qui seraient bienvenues.IMG_1734
On ne leur reprochera pas trop, étant donné les tarifs pratiqués, très compétitifs, pour le centre ville de Londres: à partir de 79 livres (tout de même près de 150 dollars canadiens) selon la saison et le moment de la réservation.
L’objectif est de procurer la meilleure nuit de sommeil possible au voyageur d’affaires comme au touriste et, à ce titre, le test du lit Hypnos et de la tranquillité des lieux est à mon sens parfaitement réussi. Levé du bon pied, on peut mettre les deux dehors pour une belle journée dans la capitale britannique.

Hôtels primés
Le groupe britannique Whitbread possède, via sa filiale Costa, une chaîne d’hôtels en pleine expansion. Elle rafle les prix de Trip Advisor, avec 5 mentions dans son dernier top 20 londoniens. Il faut dire que dans cette capitale parmi les plus chères au monde, les Premier Inn et Hub se démarquent en pratiquant des prix entre 20 et 50% moins chers que leurs concurrents. Elle compte 60 hôtels à Londres, généralement bien situés, et prévoit y avoir 85.000 chambres à offrir d’ici 2020. A noter: le groupe ouvrira son premier hôtel en Allemagne, à Francfort, le printemps prochain.

DSCN4284Hub pour la nuit
Les hôtels Hub du groupe sont tout nouveaux. Celui de Covent Garden fête ce mois-ci son premier anniversaire et celui de la City sera inauguré lundi. En projet: 11 autres à Londres, où les emplacements sont déjà achetés.

Les Hub, destinés à une clientèle plus jeune, sont passablement différents des Premier Inn mais avec le même rapport qualité-prix. Décor très contemporain et trouvailles high tech sont à l’honneur. IMG_1779

David Marr, directeur général corporatif des Hub, nous emmène en visite guidée:DSCN4278

Au lobby, des bornes permettent un enregistrement en moins de 20 secondes. On scanne sa réservation et le tour est joué. Au Deli de l’hôtel, en prenant un verre ou en cassant la croûte, on peut aussi recharger son cellulaire ou sa tablette à un support sans fil.

Les chambres standard sont minuscules mais tout y est sur 13 m2 seulement: un lit Hypnos, un bureau rétractable, une belle douche. Les tons sont doux, l’ambiance sereine et la connectivité via la smart tv fortement recommandée.

Bon plan: réservez tôt pour les meilleurs tarifs; le dimanche soir est le nuit la moins chère.

Les plus: le lit Hypnos; les technologies high tech au service du client; l’ambiance micro-chambre du Hub; le Deli du Hub de Covent Garden pour le petit déjeuner ou le lunch.

Les moins: l’étroitesse du lit des chambres standards du Hub; les chambres du Premier Inn Waterloo côté rue peuvent être bruyantes; le restaurant du Premier Inn Waterloo.

Pour aller plus loin: le tout nouveau Escale à LondresGuides Ulysse (version électronique)

« Route des huîtres » en Virginie

Au resto-@AnnePélouasLors de mon dernier reportage pour le Huffington Post Québec la semaine dernière en Virginie, j’ai rencontré des gens fort sympathiques qui m’ont bien fait aimer cet état que je ne connaissais pas.
Il y a eu d’abord une réception haute en couleurs avec Terence R. McAuliffe, le gouverneur de la Virginie, pour l’inauguration de la toute nouvelle Virginia Oysters Trail, un parcours autant gourmand que culturel ! Un rigolo, le gouverneur, dont le discours a bien fait rire l’assistance. Puis, il a ouvert (difficilement) quelques huîtres. La soirée dans les jardins du superbe hôtel The Tinns Inn, à Irvington, m’a permis de faire le tour gourmand en accéléré sur la pelouse où les kiosques des producteurs d’huîtres et de vignerons se succédaient. Comme vin et huître vont bien ensemble…Huîtres barbecue-@AnnePélouas

Plus tôt, j’avais aimé rencontrer les « watermen » de la Rappahannock River Oyster Company, l’un des plus gros producteurs d’huîtres de la Virginie. Voir comment un bébé-huître devient en l’espace de 18 mois maximum une huître propre à la consommation fut un régal. Le mollusque passe du bac à bébés à la pouponnière de la « ferme » de Topping, dans des cages immergées directement dans le petit port de Locklies, puis séjourne dans une autre cage au fond de la baie avant de rentrer provisoirement au bercail ! Nous avons embarqué dans une chaloupe de la compagnie pour aller relever une cage dans la baie. J’y ai mangé une huître des plus fraîches avant de revenir au quai pour assister au tri et à la mise en sacs d’expédition.

Le lendemain, petit tour à Virginia Beach… sous la pluie. Les grands resorts collés sur la mer, ce n’est pas trop mon genre mais la promenade piétonne et cycliste est tout de même bien agréable. J’ai surtout aimé manger de gros pétoncles au Bubba’s sur Shore Drive, avec vue sur l’eau. Pour y apprendre que la proprio est une Québécoise installée là depuis longtemps. Je l’ai d’ailleurs rencontrée deux jours plus tard à la porte d’à côté: une poissonnerie-boutique où j’ai acheté deux douzaines d’huîtres pour les faire goûter à mes amis de Montréal ! Excellentes encore…

En fin d’après-midi, j’ai entrepris un vrai périple pour rejoindre la Côte Est (East Shore) par le superbe pont-tunnel qui traverse la baie Chesapeake (voir mon précédent billet).

Chesapeake Bay Bridge-Tunnel is known as one of the Seven Engineering Wonders of the Modern World. It showcases the beauty of the Cheaspeake Bay and delights motorist driving to Virginia's Eastern Shore.  www.Virginia.org, Virginia Tourism Corporation

Chesapeake Bay Bridge-Tunnel is known as one of the Seven Engineering Wonders of the Modern World. It showcases the beauty of the Cheaspeake Bay and delights motorist driving to Virginia’s Eastern Shore.
http://www.Virginia.org, Virginia Tourism Corporation

La péninsule de la Côte Est est superbe, pourvu qu’on s’écarte de la route principale pour emprunter plutôt les petites routes, côté mer ou côté baie. Les champs de coton, le villages historiques, les jolies forêts de pin et la vue sur l’eau, rien de plus beau !

La cerise sur le sunday ? Un mémorable coucher de soleil sur la baie de Chesapeake en kayak de mer. J’étais partie en après-midi avec une guide de South East Expeditions pour me rendre jusqu’au vignoble de Chatham Vineyards, au fond de Church Creek. Original: une heure de kayak, petite marche-santé sur le domaine viticole, puis visite en compagnie de l’un des propriétaires et dégustation de toute leur gamme de vins. Impressionnant: autant les blancs que les rouges et même un très bon vin de dessert, à prix relativement doux. Au retour, j’ai eu cette superbe surprise d’un coucher de soleil flamboyant. Coucher de soleil en kayak-@AnnePélouas

Seul regret: je n’ai pas eu trop le temps d’explorer les villages de Cape Charles et Onancock mais j’ai tout de même eu la chance de séjourner dans deux magnifiques maisons coloniales transformées en B & B: Cape Charles House et The Onancock InnB&BCapeCharlesHouse

Le pont virginien

Chesapeake Bay Bridge-Tunnel

J’ai rarement été aussi impressionnée au volant d’une voiture qu’en franchissant la baie de Chesapeake en Virginie à l’occasion d’un reportage sur la « route des huîtres ». Au resto-@AnnePélouas

La gigantesque baie est barrée par un long pont-tunnel ou plutôt deux ponts à deux voies avec deux bouts de tunnels qui relient Virginia Beach à la Côte Est. Cette péninsule bucolique est bordée par l’océan Atlantique à l’est et le Maryland au nord.virginia

Le plus drôle est arrivé en plein milieu du pont quand j’ai voulu en sortir pour faire arrêt à l’unique halte de l’ouvrage d’art, histoire de voir le coucher du soleil. La photo montre que je suis arrivée presque trop tard… mais on voit tout de même une mince ligne rosâtre à l’horizon. A ce moment-là, je n’avais pas lu que le pont était assorti de tunnels pour laisser passer les gros bateaux. D’où ma surprise à voir à la halte le bout du bout de la route, puis l’eau et à près de deux kilomètres au loin, le pont qui continue !

The Fleet tack under Chesapeake Bay Bridge

Ce pont-jumeau est bien original. Construit sur 28 kilomètres à deux voies, au coût de 200 millions de dollars américains, le premier a été inauguré en 1964. C’est le plus long au monde. En 1999, il a été doublé d’un second, histoire d’en faire une autoroute (sauf dans les tunnels). Même à péage, c’est un produit touristique en soi !

24 heures avec mon Baluchon

C’est court, je sais, passer seulement une nuit à L’Auberge Le Baluchon… mais ainsi va la vie parfois. Ce n’est pas la première fois que je séjourne dans cette auberge de la Mauricie qui brille par son orientation éco-touristique et j’y reviens toujours avec plaisir. Pas une fois où je n’y ai fait de belles découvertes.

En ce vendredi soir d’automne, j’ai goûté avec délice la cuisine de Sabrina Lemay, nouvelle cheffe du Baluchon. Elle a fait ses armes auprès de Jean-Luc Boulay, chef propriétaire du prestigieux restaurant Saint-Amour à Québec. Le menu en quatre services fait la part belle aux produits du terroir avec de surprenantes variations, du velouté de patates douces au paprika fumé à l’escabèche de truite fumée locale, du cerf rouge, betteraves et topinambours aux pétoncles et lentilles, sans compter avant le dessert, le passage par le trou normand au calvados : obligatoire !

Première neige au Baluchon

Première neige au Baluchon

Après une bonne nuit de sommeil dans l’une des chambres rénovées du Baluchon, avec vue sur la forêt et plein de clins d’œil boisés en décoration, surprise au matin : il a neigé. Dans les couleurs de l’automne, ce premier tapis blanc semble encore irréel mais c’est charmant. Par un joli trottoir de bois, on accède au café-bistro pour le petit déjeuner.

Bienvenue au petit déjeuner et au lunch au Baluchon !

Bienvenue au petit déjeuner et au lunch au Baluchon !

La salle à manger est chaleureuse et le petit salon attenant digne des plus cossus clubs de pêche des temps anciens.

Bienvenue au petit déjeuner et au lunch au Baluchon !

Humili-yoga

Facile le yoga ?

Facile le yoga ?

En route à pied pour le « Chalet au bout du rouleau ». Nous avons rendez-vous pour une heure de yoga. J’en suis tout excitée mais ce sera de courte durée… Après une heure de torture, j’ai mal partout : aux poignets, au dos, aux jambes et surtout à la tête. Bien mauvais pour l’estime de moi-même, cette petite séance qui m’a vu me comparer (très négativement) à mes compagnes qui avaient l’air de beaucoup jouir du temps passé à se contorsionner sur leur tapis, tandis que mes articulations grinçaient et refusaient de m’obéir. Souplesse : zéro pour la fille un peu maso ! Heureusement, le professeur était très gentil et le bruit du ruisseau voisin a compensé pour un salut au soleil qui par chance n’a pas été filmé…

Direction, le Spa
Au spa du Baluchon, j’ai eu droit ensuite à un super-massage, incluant orteils, doigts et vertèbres cervicales. Avec la délicate attention d’un coussin chaud sur les pieds, la nuque, les yeux…
En me rendant plus tard au sauna et aux bains extérieurs, j’ai vraiment pris le temps d’admirer la décoration où le bois est mis à l’honneur en intérieur comme en extérieur. Le bois de grange, les bardeaux, des morceaux de tronc, des tableaux sur les murs avec du bois intégré… c’est joli comme tout.


Promis :
-l’été prochain, je teste le nouveau forfait Le Baluchon-Maïkan Aventures pour faire du kayak de lac en lac sur deux, quatre ou six jours, dans le nord de la Mauricie
-l’automne prochain, je re-teste le vélo de montagne sur le magnifique territoire du Baluchon, tout en collines et petites forêts, vu qu’on y travaille à un tracé amélioré et des pistes plus longues.

Week-end de rêve au Massif du Sud

Dans les sous-boisAprès une bonne tempête de neige, rien de tel qu’un week-end de ski pour en profiter. En route pour une série d’articles « duos ski alpin-ski de fond », j’ai opté récemment pour la station touristique Massif du Sud, dans Chaudière-Appalaches.

???????????????????????????????

Du bas des pistes de ski alpin, on ne voit qu’une partie de ce qu’elle offre car, passé un bon surplomb, le remonte-pentes poursuit son chemin sur un plateau en déclinaison plus légère. Quel terrain de   jeu ! Nous le découvrons en compagnie d’un guide de la station: pistes vertes tirant plutôt sur le bleu, bleues vraiment bleues, qui démarrent généralement en douceur pour attaquer ensuite le dénivelé de « front » sur des pistes larges, peu glacées et avec quelques beaux passages en neige fraîche. Au total, 400 mètres de descente! J’ai particulièrement aimé l’expérience en sous-bois, ma première, sur une partie facile de la nouvelle piste « bipolaire ». La station est d’ailleurs réputée pour ses sous-bois.
Ma leçon de ski en sous-bois, donnée par le guide: « regarde entre les arbres, pas les arbres ».

Le lendemain, après une bonne nuit en chalet, on remonte au sommet en ski de fond ! Le sentier du Mont-du-Midi démarre dans un décor féérique, sur une crête battue par les vents qui ont transformé les arbres enneigés en vrais fantômes de glace. La piste large et bien tracée court sur la crête avant de dévaler tranquillement la pente, passant près d’un secteur d’éoliennes, puis rejoignant un premier refuge (Le Versant). La descente se poursuit jusqu’au refuge du Milieu puis la piste passe en lisière du mont Chocolat. On peut rejoindre alors le poste d’accueil du parc régional du Massif du Sud ou poursuivre le long de la rivière des Mornes, en légère montée, jusqu’au pied des pistes de ski alpin.

Les plus: les pistes en sous-bois; la vue sur les montagnes alentour; la yourte du sommet (à louer); le relais chauffé du sommet; la beauté de la crête en ski de fond; la qualité de la nourriture à la cafétéria; les chalets près du bas des pistes.
Les moins: la lenteur du remonte-pentes.

Station de ski: http://www.massifdusud.net
Hébergement Massif du Sud: http://www.massifdusud.net
Parc régional: http://www.massifdusud.com

Des idées de sorties de ski

L’hiver est arrivé, la neige s’installe et plusieurs semaines de ski sont devant nous. Voici quelques articles que j’ai écris pour Géo Plein air que vous pouvez consulter pour vous inspirer et trouver des idées de sentiers de ski à parcourir.

Skier dans l’histoire

La Canadienne: du super-tracé au vrai hors-piste


Photo : Anne Pélouas

Beau soleil, neige fraîche… on part! La Canadienne commence à l’extrémité nord-est du Réseau Plein Air Saint-Adolphe-d’Howard pour finir au Camping Sainte-Agathe-des-Monts, 12 km plus loin. Petite distance pour un aller simple si on laisse une seconde auto au point d’arrivée. À moins d’être obligé – comme nous – de revenir sur ses pas.

[Lire la suite…]

Blizzard sur la Whizzard

La piste historique Whizzard (ou Wizzard, selon les cartes) faisait autrefois la liaison entre Prévost (anciennement Shawbridge), Mont-Rolland, Sainte-Adèle et Val-Morin. On la retrouve encore entière sur certaines cartes des années 1980, mais bonne chance à qui voudrait la faire en totalité aujourd’hui, perdue qu’elle est dans les lotissements… Dans le secteur hors-piste Far Hills du parc régional Val-David–Val-Morin, il en reste à tout le moins un court tronçon plutôt olé olé pour des skieurs qui n’ont pas froid aux yeux. Deux options s’offrent alors à vous.

[Lire la suite…]

 Sur la piste des Vikings

Pourquoi choisir une piste quand on peut les avoir toutes? Celles-ci portent parfois des noms comme Crown, mais plus souvent la signalisation indique des couleurs: verte, rouge, bleue, jaune, orange (avec un casque de Viking en surimpression). Les 50 km de pistes du club Viking, fondé en 1929 avec Jackrabbit à titre de membre honoraire, ont de quoi plaire à tous les amateurs de ski de fond. Il y a du relief, une belle forêt, quelques pistes damées et d’autres qui ne le sont pas!

[Lire la suite…]

 Une portion de Gillespie


Photo : Anne Pélouas

Si la Gillespie a déjà été l’épine dorsale du réseau de ski de fond de Sainte-Agathe-des-Monts (piste 4 du réseau du parc régional Val-Morin–Val-David), tel n’est plus le cas aujourd’hui. L’idéal pour retrouver un bon circuit sur cette piste légendaire est de partir du secteur Far Hills du parc régional de Val-David–Val-Morin par la tranquille piste 1 puis par la 10. Par beau temps (moins 20 degrés, ciel bleu et neige crissante), la traversée plein nord du lac Lavallée est un vrai bonheur!

[Lire la suite…]

 

 

Une virée à Munich : 10 curiosités à découvrir

rafting sur radeau - Munich - Anne PélouasAu pied des Alpes, Munich est une ville chaleureuse où il fait bon prendre quelques jours avant un trek en montagne ou un vol de plus… Son aéroport est en effet une plateforme d’envergure pour d’autres destinations européennes, en Asie, au Moyen-Orient ou en Afrique. Sans compter que le fleuron allemand Lufthansa inaugure cet été (et jusqu’à fin octobre) un vol direct Toronto-Munich.

Je vous invite à découvrir 10 curiosités à découvrir dans cette ville de Bavière.

  [Lire la suite.]

 

C’est parti !

photo (5)Devinez où ?

Après des semaines d’incertitude, de démarches administratives, de tractations, de formulaires à remplir, me voilà de nouveau en route pour l’une de mes destinations préférées: le Nord du Canada. Je suis partie hier matin de Montréal sur les ailes de First Air, avec un avion dont la queue arborait ce magnifique chien de traîneau sur fond de toundra gelée. Trois semaines de découvertes, de rencontres, de paysages colorés en bleu et blanc m’attendent.

%d blogueurs aiment cette page :